facebook twitter google youtube
Vous êtes ici : Accueil » PROJETS & PROGRAMMES » En cours » PAPE » Plan de gestion pour une conservation assistée

Plan de gestion pour une conservation assistée

Le Programme des Nations Unies pour le Développement et l’Union Européenne ont soutenu l’initiative des gouvernements du Bénin, du Burkina-Faso et du Niger dans la conception et la mise en œuvre du PAPE, entendez Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente (Fiacre AHONONGA).

Le Programme d’Appui aux Parcs de l’Entente est un programme régional, qui concerne le plus grand écosystème de Savane Soudano-sahélienne en Afrique de l’Ouest « Complexe WAP ». Il concerne les Parcs Nationaux du W, d’Arly et de la Pendjari, ainsi que les aires protégées adjacentes et leurs zones périphériques contiguës au Bénin, au Burkina Faso et au Niger, dénommé « Parcs de l’Entente ».
Ce complexe est devenu l’un des rares refuges de la biodiversité de cette partie ouest du continent, qui a une faune dont les effectifs sont globalement croissants.

Démarré en 2011, le PAPE vise à renforcer durablement la conservation des écosystèmes du complexe WAP, en les dotant d’outil pertinent d’aménagement et de gestion efficaces dans les prises de décision. Il s’agit notamment du Plan d’Aménagement Participatif et de Gestion (PAG) qui est à la fois l’outil de travail nécessaire pour la conservation de la biodiversité et des services écosystémiques et le document de référence pour les partenaires scientifiques, professionnels et de l’administration en charge de la faune. A travers un processus très participatif, le PAPE a élaboré et validé les outils d’aménagement de la Réserve de Biosphère de la Pendjari, de la Réserve de Biosphère Transfrontalière W du fleuve Niger et enfin du bloc transfrontalier d’Arly-Pendjari. Ces documents témoignent d’une volonté politique d’intégration régionale exemplaire. L’enjeu de ces outils d’Aménagement et de Gestion est double. Il s’agit d’une part, de consolider la démarche d’appropriation de ce patrimoine par les trois Etats concernés et, d’autre part, de répartir les prérogatives d’aménagement et de gestion de l’Ecosystème du WAP entre les trois administrations nationales de tutelle et une instance régionale commune.

Plan de gestion de la Pendjari

En ce qui concerne la Réserve de Biosphère de la Pendjari (RBP), elle est située à l’extrême Nord-Ouest de la République du Bénin à environ 650 km de Cotonou et couvre une superficie d’environ 4 800 km2. D’une durée de 10 ans, la vision du Plan d’aménagement et de Gestion de la Pendjari est d’ici à 2025, la conservation de la biodiversité dans la Réserve de Biosphère de la Pendjari est un modèle de bonne gouvernance environnementale, grâce à l’augmentation des densités fauniques, la réduction des pressions d’origine anthropique, la gestion concertée et au développement socio-économique durable des terroirs périphériques. L’objectif du plan est de consolider les acquis et accélérer la dynamique de la promotion de la Réserve de Biosphère de la Pendjari en tant qu’espace de conservation durable, d’intégration sous régionale et de développement socio-économique, à travers 1) la conservation des ressources génétiques, des espèces, des écosystèmes et des paysages, 2) le développement environnemental et socio-économique des populations riveraines, 3) la mise en œuvre des activités de recherche, d’éducation et de formation, 4) le développement des offres, services touristiques adaptés et des mécanismes de financement durable de la Réserve.

Plan de gestion de la RBTW

La Réserve de Biosphère Transfrontalière W du fleuve Niger (RBTW) est constituée de trois Parcs Nationaux et des zones connexes situées à la jonction de trois Etats que sont le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. Tout l’ensemble comporte des sites RAMSAR, mais seule la portion localisée au Niger est classée comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le PAG (2017-2026) constitue une référence pour les gestionnaires. Il est produit sur la base de plusieurs concertations et négociations avec toutes les parties prenantes. Il capitalise en outre, les résultats et acquis consignés. Il est réalisé suivant les procédures définies par l’UICN, mentionnées dans le Schéma directeur d’aménagement et de gestion concerté du complexe WAPO (SDA) élaboré en 2014.

Pour cet outil transfrontalier, la vision définie est d’ici 2032, la conservation de la biodiversité de la Réserve de Biosphère Transfrontalière du W est un modèle d’intégration sous régional et de gouvernance environnementale réussi. L’objectif de ce plan de gestion est de consolider les acquis de la gestion transfrontalière du Bloc écologique du W tout en contribuant au développement durable des populations riveraines.

Plan de gestion du BTAP

En ce qui concerne la partie Ouest du Complexe W-Arly-Pendjari qui est constituée par le Bloc Transfrontalier Arly-Pendjari (BTAP), il comprend le Parc National d’Arly au Burkina Faso et le Parc National de la Pendjari et ses zones cynégétiques adjacentes au Bénin. La vision du Plan d’Aménagement et de Gestion validé du BTAP est d’ici à 2034, la conservation de la biodiversité du Bloc Transfrontalier Arly-Pendjari est un modèle de bonne gouvernance environnementale, grâce à la protection des habitats, à l’augmentation des densités fauniques, à la réduction des pressions d’origine anthropique, à la gestion concertée et à la contribution au développement socio-économique durable des communautés locales. L’objectif de ce plan de gestion est de mettre en œuvre une gestion transfrontalière rapprochée du terrain pour la conservation durable et concertée du Bloc Transfrontalier Arly-Pendjari afin de contribuer au développement socio-économique des communautés locales.

Priorités de gestion du Complexe W-Arly-Pendjari

Au regard des faiblesses et des menaces auxquelles sont confrontées les réserves de faune, les domaines prioritaires ciblés par ces nouveaux outils d’aménagement et de gestion des aires protégées sont :

  • le maintien de l’intégrité des aires protégées à travers l’amélioration et le renforcement du système de la surveillance et du système de suivi-écologique ;
  • l’information, l’éducation et la communication pour un changement de comportement des acteurs ;
  • le développement du tourisme en soutien à la gestion durable de la biodiversité ;
  • le renforcement de la cogestion avec l’amélioration de la participation des populations riveraines aux modes de gestion des réserves ;
  • la mise en œuvre du financement durable ;
  • l’amélioration des interventions en périphérie (la gestion de terroir, l’intensification agricole, la restauration de la fertilité des terres, la promotion des activités génératrices de revenus et la création des points d’eau et couloirs de passage pour le bétail).
  • la distribution équitable des bénéfices issus de la valorisation durable de la biodiversité entre les institutions publiques, le secteur privé et les populations riveraines.

Géré de manière à atteindre ses potentialités avec ces outils efficaces d’aménagement, le complexe W-Arly-Pendjari pourra demeurer le grand espoir de l’Afrique de l’Ouest, en matière de conservation des espèces rares. Les PAG apporteront un souffle significatif nécessaire au développement touristique de la sous-région et une contribution non négligeable au développement économique durable des communautés riveraines.
Atelier de validation du PAG du W du 31/08 au 02/09/2016 à Fada N’Gourma (Burkina-Faso)


Dans la même rubrique

  Professionnaliser le guidage dans la Pendjari

  Plan de gestion du W régional

  Conventions d’utilisation des ressources naturelles

  Stratégie nationale de gestion des réserves de faune

  Stratégie pêche

0 | 5 | 10